Reportage : Une nouvelle filière céréalière dans la Drôme

Implanté au cœur de la Drôme, les Établissements Souchard ont décidé de semer 100 hectares de la nouvelle céréale Tritordeum pour la récolte 2018. Suite aux premiers semis réalisés à l’automne 2016, Gilbert Souchard, directeur général, a souhaité donner « une alternative aux petits exploitants de la région » qui souffrent de la perte de rentabilité des cultures traditionnelles.

Depuis deux générations, les Établissements Souchard proposent des solutions innovantes et à forte valeur ajoutée aux 500 agriculteurs avec qui ils collaborent. Au même titre que le département de la Drôme, ils ont été précurseurs dans la transition vers l’agriculture biologique dans les années 80. Ils ont dans le même temps diversifié leurs cultures avec des variétés nouvelles et anciennes de blé, et à présent le Tritordeum.

Une alternative aux petits exploitants de la région qui souffrent de la perte de rentabilité des cultures traditionnelles. 

Gilbert Souchard, directeur général

Préparation des semis de la céréale Tritordeum.

Un partenaire « naturel »

Les agriculteurs cultivant cette céréale bénéficient d’une garantie de rachat de leur collecte à un prix rémunérateur. « Dans la mesure où les Établissements Souchard sont des pionniers de la Culture Raisonnée Contrôlée et suivent le cahier des charges de la démarche Grainoble® pour leurs cultures contractuelles, ce partenariat était évident pour nous », raconte Joël Blot, directeur commercial chez Agri-Obtentions, l’entreprise responsable de la production de semences en France. De plus, continue J. Blot, « ils possèdent également leur propre flotte de camions et des petits silos de stockage, ce qui facilite la traçabilité totale à la parcelle

tritordeum_2016_manlleu

Champ de Tritordeum avant la moisson.

Les agriculteurs cultivant cette céréale bénéficient d’une garantie de rachat de leur collecte à un prix rémunérateur.

Déjà des débouchés commerciaux

Doté également d’un moulin, les Établissements Souchard commercialisent depuis Décembre 2017 la farine de Tritordeum chez les artisans-boulangers de la région. Utilisée pour la baguette, le pavé ou encore le pain bagnat, cette farine leur donne la possibilité de créer de nouveaux produits pour une clientèle à la recherche d’un produit nouveau, local et sain.

Exemple à la boulangerie Perreton de Meysse, près de Montélimar, qui a récemment lancé un pain de Tritordeum sous le nom de Meyssois (voir photo ci-contre). « Nous avons des habitués maintenant. Ils l’achètent car il se conserve très bien, ce qui leur permet de le manger le lendemain au petit-déjeuner ! », nous dit ce boulanger. Sa couleur jaune naturelle et ses propriétés nutritionnelles sont d’autres atouts de ce pain.

Fête du pain

Autre illustration de ce développement à la ferme biologique Les Echaravelles où le boulanger Nicolas Arnoux a testé la farine biologique de Tritordeum. Le premier test grandeur nature auprès de sa clientèle a eu lieu le 19 mai à l’occasion de la fête du pain. Chaque année, Nicolas organise un évènement au cours duquel les participants viennent redécouvrir les bienfaits du pain dans notre diète autour d’un déjeuner convivial.

Pour cette édition, les Établissements Souchard et Maité Ribot, diététicienne-nutritionniste, ainsi que les clients habituels sont venus déguster les produits de Tritordeum et découvrir cette filière d’avenir.

Pain élaboré à base de farine biologique de Tritordeum.